Une nouvelle façon de penser la formation

La création des Centres de Compétences Génie technique du Bâtiment (GTB) et Parachèvement (PAR) trouve ses origines dans le cadre du programme européen Build Up Skills Energy Training for Builders. Il s’agit d’une initiative stratégique au sein du programme Intelligent Energy Europe (IIE) lancée par la Commission européenne.
Son but consiste à stimuler la formation professionnelle continue des artisans du secteur de la construction surtout dans le domaine de la construction et de la rénovation d’habitations à haute performance énergétique.
Au niveau du Luxembourg, cette initiative s’est traduite par un projet intitulé LuxBuild2020, monté par un partenariat composé de Myenergy, l‘Institut de Formation du Secteur du Bâtiment (IFSB), la Chambre des Métiers et la Fédération des Artisans. Ainsi, le projet LuxBuild2020 peut être considéré comme le point de départ des Centres de Compétences du Génie technique du Bâtiment (GTB) et du Parachèvement (PAR).
Les Centres de Compétences GTB et PAR s’inscrivent dans la lignée de la déclaration gouvernementale et des programmes européens autour de la construction durable et de la gestion intelligente de l’énergie.

Ces Centres ont pour vocation de fournir aux entreprises artisanales des mesures de gestion des compétences (formation professionnelle continue, analyse et accompagnement stratégiques, plan de formation) afin qu'elles puissent disposer en permanence des compétences nécessaires pour être compétitives sur les marchés et faire face aux nouvelles évolutions technologiques, réglementaires et économiques.
Pour ce faire, les Centres de Compétences développent actuellement un système de formation structuré et modulable basé sur le Cadre Européen des Certifications (CEC). Les métiers du GTB et du PAR ont été structurés en référentiels activités/compétences par niveau de CEC (de 1 à 4). Ce système permettra de répondre rapidement aux besoins en compétences des entreprises soumises aux fortes évolutions de leur environnement, tout en proposant aux stagiaires un système de reconnaissance des compétences acquises en formation professionnelle continue. Le stagiaire se verra donc attribuer un niveau de CEC par activité (par exemple un électricien avec un DAP, donc CEC niveau 3, se verra valider dans l'activité "installation domotique" un niveau CEC 4). Si l'entreprise souhaite disposer d'un CEC 4 en "installation domotique", elle n'aura pas besoin de former un électricien niveau CEC 4 (diplôme de technicien) sur un an mais un électricien niveau CEC 3 (DAP) sur l'activité "installation domotique" sur une période courte. L'entreprise pourra donc disposer rapidement des compétences souhaitées et s'adapter continuellement aux évolutions du marché. Plus d'informations sur les CECs et les référentiels métiers GTB/PAR dans l'onglet "Ingénierie".

Concrètement

Un "Centre de Compétences" est un centre de formation respectant une charte structurelle et pédagogique permettant de garantir aux entreprises des formations efficaces et de qualité. Etre "Centre de Compétences", c'est se donner les moyens et les outils nécessaires à la production de résultats chiffrés et d'éléments qualitatifs pour évaluer les formations, la satisfaction des stagiaires et des entreprises, pour maitriser les coûts de formation et la qualité des prestations.

Un "Centre de Compétences" dispose donc d'une équipe technique et pédagogique chargée d'élaborer les programmes de formation et les supports de cours, de gérer et d'animer les formations. Les centres disposent également d'une ingénierie des formations et des systèmes supports dédiée à la conception, le monitoring et l'évaluation du dispositif de formation et de la qualité.

Pour rester au plus près des préoccupations des terrains et à l'écoute des marchés, les Centres de Compétences travaillent avec de nombreux fournisseurs de formation et de matériel, pour concevoir des formations répondant au mieux aux besoins en compétences des entreprises et aux évolutions technologiques et réglementaires.