Cadre européen des certifications (CEC)

Le Cadre européen des certifications (CEC) a été créé par la Commission européenne et adopté par le Parlement européen et le Conseil européen en 2008 pour rendre compréhensibles et comparables les formations et les diplômes européens.

Comptant 8 niveaux, le CEC est un cadre, fondé sur les résultats d’apprentissage, pour tous les types de qualifications. Il contribue à améliorer la transparence, la comparabilité et la transférabilité des qualifications et permet de comparer les qualifications de différents pays et institutions.

Il a été adopté au Luxembourg en 2014 par le Ministère de l’Éducation nationale dans son Rapport de référencement du cadre luxembourgeois des qualifications vers le cadre européen des certifications sous forme du Cadre luxembourgeois des qualifications (CLQ).

Les niveaux du CEC

Le Cadre européen des certifications (CEC) prévoit 8 niveaux d’éducation et de formation, allant des savoirs généraux de base (CEC 1), via la maîtrise professionnelle (CEC 3-4-5), jusqu’aux niveaux académiques avec Bachelor (CEC 6), maîtrise (CEC 7) ou doctorat (CEC 8).

Savoirs généraux de base      

Savoirs factuels de base dans un domaine de travail

Savoirs couvrant des faits, principes, processus et concepts généraux, dans un domaine de travail

Savoirs factuels et théoriques dans des contextes généraux, dans un domaine de travail

Savoirs détaillés, spécialisés, factuels et théoriques, dans un domaine de travail

Savoirs approfondis dans un domaine de travail requérant une compréhension critique de théories et de principes

Savoirs hautement spécialisés dans un domaine de travail, comme base d’une pensée originale et/ou de la recherche

Savoirs à la frontière la plus avancée d’un domaine de travail et à l’interface de plusieurs domaines

Au cœur des compétences

L’originalité des Centres de Compétences Génie Technique du Bâtiment et Parachèvement réside dans le fait d’avoir voulu développer, dès leur création, une structuration et un positionnement des modules de formation par métier selon ce Cadre européen des certifications.

Marc Ant, l’administrateur-délégué, a conceptualisé la démarche dans son livre Au cœur des Compétences. Sous son impulsion, un niveau CEC a été attribué à chaque ensemble de compétences et à chaque module.

Cette structuration prévoit des passerelles de perméabilité directes afin de permettre aux entreprises et aux salariés de suivre de véritables parcours de formation.

L'intérêt indéniable des CEC

Les niveaux de CEC et la complexité des compétences qu’ils incluent attestent pour les employeurs de l’artisanat et des PME du Luxembourg de la montée en compétences de leurs salariés. On l’aura compris, les Centres de Compétences GTB/PAR forment à des fonctions très clairement identifiées.

Les référentiels

Aux Centres de Compétences de l’Artisanat, les métiers du Génie Technique du Bâtiment et du parachèvement sont donc structurés en référentiels activités/compétences par niveaux de CEC (de 1 à 4). Un référentiel correspond à un découpage des activités d’un métier. Spécialiste en Sanitaire-Chauffage, Marc Castelletto, directeur-adjoint des Centres, s’est, le premier attelé à cette identification méticuleuse des multiples activités qui définissent un métier. Il a ainsi distingué 27 compétences techniques et technologiques de base et 13 compétences transversales et sociales. Validées par la Fédération du Génie Technique, toutes ces compétences constituent le CEC1. Le Centre de Formation Krakelshaff le propose régulièrement aux entreprises artisanales désireuses de former à la base et au mieux leurs collaborateurs. Dans le CEC 2, plus d’une soixante de compétences techniques et technologiques, 41 compétences transversales et technologiques et 9 compétences sociales ont été identifiés ; une augmentation notable qui correspond à une étude attentive des faits et gestes des apprentis chauffagistes et pour des employeurs d’exigences accrues. Évaluées en fin de formation par les Centres, ces compétences clairement définies s’inscrivent dans un niveau parfaitement identifiable. Il en va de même avec le CEC3 où l’apprenant doit être en mesure de maîtriser plus de 90 compétences, non seulement techniques et technologiques mais aussi transversales et sociales.

Des questions ?

Contactez notre équipe si vous avez des questions.

    effect-1